Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Le cancer du testicule a augmenté dans de nombreuses populations dans le monde

Le cancer du testicule a augmenté dans de nombreuses populations dans le monde

Le nombre de cas de cancer du testicule a augmenté en moyenne de 60% en 25 ans 21 populations sur les cinq continents, selon de nouvelles recherches.Mais les chercheurs, du National Cancer Institute des États-Unis, ont trouvé de grandes différences, avec certains taux 10 fois plus élevés que d’autres. Selon les chercheurs, l’augmentation du nombre de cas de cancer du testicule a nettement augmenté chez de nombreuses populations occidentales au cours du dernier demi-siècle. Il n’est donc pas clair si les taux chez les autres populations ont également augmenté. . Dans la recherche, qui a été publiée en ligne le 9 février dans le International Journal of Cancer (Wiley InterScience, www3.interscience.wiley.com, doi: 10.1002 / ijc.20931), les auteurs ont examiné l’incidence du cancer du testicule sur le Les résultats montrent que l’incidence a augmenté entre 1973 et 1997 dans la plupart des populations, bien que les augmentations aient été les plus fortes parmi les populations d’ascendance européenne. L’incidence corrigée de l’âge pour 1993-7 était la plus élevée au Danemark (9,9 cas pour 100 000 personnes) et la plus faible à Harare, au Zimbabwe (0,4 cas pour 100 000). Les taux les plus élevés ont été principalement en Scandinavie. Des taux élevés ont été enregistrés parmi les populations d’Europe, d’Océanie et d’Amérique du Nord et des taux faibles dans les populations latino-américaines, asiatiques et africaines, y compris les Noirs américains. Les taux de cancer ont augmenté en moyenne de 60%. Les plus fortes hausses ont été enregistrées à Porto Rico (de 0,5 à 1,6 cas pour 100 000, soit une augmentation de 220%) et dans la région française du Bas-Rhin (de 3,5 à 7,9 cas pour 100 000, soit 130%). Kong (de 1,4 à 1,7 pour 100 000, 21%), parmi les Américains blancs (de 3,8 à 5,6 pour 100 000, 47%) et en Nouvelle-Zélande (à l’exclusion des Maoris) (de 4,5 à 5,6 pour 100 000, soit 24% L’incidence dans tous les pays scandinaves a augmenté d’une quantité relativement importante. L’incidence pour 100 000 personnes est passée de 5,8 à 9,9 (augmentation de 71%) au Danemark, de 4,4 à 8,2 (86%) en Norvège, de 3,0 à 5,0 (67%) en Suède et de 1,7 à 2,7 (59%) en Finlande . En Angleterre, la région de South Thames a connu une augmentation de 3,4 à 5,4 pour 100 000 (59%). «L’incidence du cancer des testicules parmi les 21 populations sélectionnées variait plus de 10 fois», ont écrit les auteurs. Ils disent qu’une variété de facteurs pourraient expliquer les augmentations générales. Les raisons possibles vont du mode de vie et de l’âge de la mère aux modulateurs endocriniens et à l’insuffisance pondérale à la naissance. »Étant donné l’amélioration du niveau de vie de nombreuses populations au cours du siècle dernier, il est possible que certains facteurs Dans certaines études, l’augmentation de l’âge maternel et la faible parité ont été suggérées comme étant des facteurs de risque de cancer des testicules, tandis que les diminutions de l’âge à la puberté et des infections précoces sont également compatibles avec une augmentation du cancer des testicules. Enfin, il existe des spéculations selon lesquelles les modulateurs endocriniens peuvent augmenter le risque de cancer du testicule en interférant avec le développement gonadique in utero, mais il existe peu de preuves épidémiologiques étayant cette hypothèse. “