Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Hypersensibilité retardée due à un bloc épidural avec de la ropivacaïne

Hypersensibilité retardée due à un bloc épidural avec de la ropivacaïne

Rédacteur — L’analgésie péridurale continue est bien connue pour raccourcir la durée de la douleur associée à l’herpès zoster. Habituellement, 0,5% de bupivacaïne est perfusé pendant environ deux semaines. La perfusion péridurale continue de 0,2% de ropivacaïne 4-10 ml / h pendant plusieurs jours pour l’analgésie postopératoire est largement approuvée. L’administration de ropivacaïne pendant deux semaines n’est pas excessive. Nous n’avons pas effectué le test de provocation. Il est difficile de conclure si la réaction à la ropivacaïne dans notre cas dépend de la dose. Nous avons testé non seulement 0,2% de ropivacaïne, mais aussi 1% de lignocaïne sans adrénaline (épinéphrine) comme contrôle. L’injection cutanée de 1% de lidocaïne n’a induit aucune réaction. Les deux anesthésiques ont été administrés à partir d’ampoules en plastique sans bouchon en caoutchouc. Nous ne pensions pas que les plastifiants des récipients provoquaient une réaction allergique chez notre patient. L’opinion de Wildsmith est digne de considération. Les sociétés pharmaceutiques devraient prêter attention à la matière des récipients en plastique. Comme mentionné ci-dessus, des tests intradermiques de 0,2% de ropivacaïne et de 1% de lignocaïne ont été effectués. Nous n’avons pas désinfecté la peau et injecté 0,1 ml de chaque médicament. Seulement 0,2% de ropivacaïne a provoqué un érythème 8 à 72 heures après l’injection. Deux hommes en bonne santé ont présenté des tests intradermiques négatifs avec 0,2% de ropivacaïne en même temps. La ropivacaïne peut provoquer des réactions allergiques caractérisées par une urticaire, un œdème angioneurotique, une tachycardie ou des vomissements. Les réactions anaphylactoïdes aux anesthésiques locaux de type amide tels que la lignocaïne, la mépivacaïne, la prilocaïne, la bupivacaïne et l’étidocaïne ne sont pas rares. Nous avons informé AstraZeneca de notre cas le 10 février 2004. Nous pensons que le bloc épidural continu avec la ropivacaïne sera largement sa faible cardiotoxicité.