Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Le géant pharmaceutique a surestimé de près de 20 millions de dollars l’administration des vétérans

Le géant pharmaceutique a surestimé de près de 20 millions de dollars l’administration des vétérans

Une autre grande compagnie pharmaceutique a été mise en cause pour escroquer le contribuable américain de ce qui représente des dizaines de millions de dollars de surcharges frauduleuses. Le géant pharmaceutique français Sanofi-Pasteur a récemment reçu l’ordre de rembourser près de 20 millions de dollars après avoir révélé que la multinationale avait massivement augmenté les coûts des médicaments dans un contrat avec la Veterans Administration (VA), qui fournit des services de santé aux anciens combattants.

Selon certaines informations, Sanofi-Pasteur, la division des vaccins de Sanofi-Aventis, aurait mal calculé les prix des médicaments vendus à la VA, ce qui aurait entraîné des frais supplémentaires de 19 868 194 dollars. Sanofi-Pasteur l’avoua ouvertement à la VA, poussant l’inspecteur général du VA à ouvrir une enquête à ce sujet, qui ordonna depuis à la compagnie pharmaceutique de rembourser par erreur l’excédent qu’elle avait reçu du gouvernement.

La Loi sur les soins de santé pour anciens combattants est très précise quant aux montants que les compagnies pharmaceutiques peuvent demander au gouvernement pour les médicaments, qui doivent correspondre aux montants provisionnés dans le plafond des prix fédéral et ne pas les dépasser. Cependant, Sanofi-Pasteur a ignoré ces dispositions et a imposé des montants beaucoup plus élevés – et cela depuis au moins aussi loin qu’en 2002, selon les informations découvertes dans le cadre de l’enquête de la VA.

«La surfacturation de l’AV épuise les fonds disponibles pour prendre soin de nos anciens combattants», a déclaré Mark Myers, directeur de la division des ressources sanitaires de la VA, dans un communiqué. “Nous continuerons à tenir les entreprises responsables des erreurs dans la tarification des médicaments.”

Pourquoi VA, le DOJ n’a-t-il pas mené sa propre enquête sur Sanofi avant que l’entreprise ne se livre à une fraude?

Certains trouveront peut-être intéressant qu’il ait fallu près de 15 ans à l’AV et à ses partenaires du ministère de la Justice pour se rendre compte que Sanofi-Pasteur avait surchargé les médicaments en violation de la loi, qu’elle soit intentionnelle ou non. Encore une fois, sur la base des déclarations publiées par le gouvernement, cette dernière enquête et le remboursement ordonné de ce qui revient à des fonds volés n’ont eu lieu que parce que Sanofi-Pasteur s’est faufilé spontanément, ce qui a obligé les autorités fédérales à répondre mélanome (cancer de la peau).

En d’autres termes, le gouvernement fédéral a échoué à saisir l’erreur, illustrant une fois de plus que de nombreux fonctionnaires confiés ne font tout simplement pas leur travail. Tous les contrats conclus entre le gouvernement fédéral et les compagnies pharmaceutiques méritent d’être examinés de plus près, car il est fort probable que cette fraude soit généralisée et qu’elle ne soit pas traitée correctement au nom des contribuables américains qui doivent payer la facture.

L’Administration Trump a l’obligation de travailler à la gestion d’un navire plus strict à la VA mal gérée, non seulement pour mieux gérer les fonds publics, mais aussi pour s’assurer que les anciens combattants reçoivent les soins dont ils ont besoin et les soins qu’ils méritent. La mauvaise gestion flagrante des fonds des contribuables qui permet aux compagnies pharmaceutiques de gagner des dizaines de millions de dollars de plus que ce qu’elles devraient obtenir est tout simplement inacceptable et doit être étouffée dans l’œuf.

Dans le même temps, Sanofi-Pasteur mérite d’être transparent sur les surcharges, pour une raison quelconque, il a soudainement décidé de les divulguer aux autorités. Peut-être que c’était la pensée que l’administration Trump serait plus agressive que les administrations précédentes pour attraper de telles violations et les poursuivre en justice qui ont servi de motivation. Quoi qu’il en soit, Sanofi-Pasteur est désormais tenu pour responsable et va même jusqu’à ne pas demander le remboursement des médicaments qu’elle a vendus à la VA à des prix inférieurs au Plafond Fédéral.

“Il est important que les compagnies pharmaceutiques fournissent des informations complètes, exactes et à jour à la VA sur le prix de leurs médicaments”, a indiqué le procureur général adjoint par intérim Chad A. Readler dans un communiqué, soutenant ce sentiment. “Le ministère de la Justice veillera à ce que les compagnies pharmaceutiques respectent les règles de tarification des médicaments lorsqu’elles vendent au gouvernement.”

Suivez plus de nouvelles sur la fraude Big Pharma à BigPharmaNews.com.