Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Le clou final

Le clou final

Sir-Sobel et al fournissent des preuves importantes de la futilité mycologique et l’absence de bénéfice clinique associé au traitement de la fongurie asymptomatique chez les patients non épiploïques Leur rapport conduit un autre clou qui devrait peut-être être le dernier clou dans le cercueil de la thérapie antifongique asymptomatique. La différence de résultats entre le groupe fluconazole et le groupe placebo était une prévalence légèrement inférieure de la candidurie chez les patients traités par le fluconazole à la fin du traitement. Cette différence mycologique modeste, qui laissait néanmoins le% du groupe fluconazole avec une fongurie persistante, avait disparu plusieurs semaines après le traitement squelettique. , le traitement n’a eu aucun impact détectable sur des paramètres cliniques plus pertinents, tels que la mortalité, le développement de pyélonéphrite ou de candidémie, et les symptômes urinaires. Ces résultats soutiennent mal l’affirmation selon laquelle “le fluconazole oral est / était efficace”. par “lorsque le traitement de l’asympt candidurie omatique ou minimalement symptomatique est indiqué, “puisque, jusqu’à présent, il n’y a aucune preuve claire qu’un tel traitement est jamais indiqué Pourquoi les cliniciens persistent à lutter contre la candidurie asymptomatique, en l’absence de preuve de bénéfice clinique Peut-être parce que funguria n’est pas” Normalement, les médecins s’engagent à rétablir la «normalité» dans la mesure du possible et, chez les patients compliqués et compromis qui développent une candidurie, cela peut représenter l’une des rares anomalies apparemment réversibles pouvant être résolues. La croisade pour vaincre la candidurie asymptomatique chez les patients hospitalisés être aussi futile que la poursuite pour vaincre la bactériurie asymptomatique chez les personnes âgées Il est peut-être temps d’instituer un moratoire sur le diagnostic et le traitement de la candidurie asymptomatique en dehors des essais cliniques visant à établir s’il y a un bénéfice clinique Des efforts supplémentaires pour définir le “comment” de traiter la candidurie ne seront pas utiles ul sans un “pourquoi” établi