Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Appels renouvelés pour la surveillance électronique des médicaments

Appels renouvelés pour la surveillance électronique des médicaments

Un coroner victorien a fait écho aux appels précédents pour la surveillance des scripts en temps réel, à la suite d’une sixième surdose de médicaments liés à des médicaments sur ordonnance abcès.

Tel que rapporté par Fairfax Media, la coroner Jacinta Heffey dit que le ministère de la Santé doit mettre en place un système de surveillance en temps réel pour réduire le nombre de méfaits et de décès associés aux médicaments pharmaceutiques.

L’appel de Mme Heffey fait suite à une enquête sur la mort d’un homme de 38 ans, qui est décédé après avoir été prescrit de la méthadone par un médecin et des benzodiazépines par un autre.

Au cours de l’enquête, Mme Heffey a conclu que c’était la cinquième fois en moins de neuf mois qu’un coroner recommandait le système de surveillance.

Avant l’élection de l’État de Victoria en novembre 2014, l’ancien ministre de la Santé, David Davis, a déclaré que le gouvernement allait consacrer 7 millions de dollars sur une période de cinq ans à la mise en œuvre de la surveillance en temps réel.

Le système aurait enregistré toutes les prescriptions pour les médicaments de l’annexe 8 dans une base de données centrale, en créant des alertes pour les cas d’utilisation abusive potentielle.

Un porte-parole de la ministre de la Santé de l’État de Victoria, Jill Hennessy, a déclaré à Fairfax Media que le plan nécessiterait une réflexion et une planification approfondies, avec des aspects qui pourraient nécessiter une coordination nationale.

Anthony Tassone, président de la succursale victorienne de la Guilde des pharmaciens, a déclaré que la Guilde appuyait la mise en place d’un système de surveillance «non seulement réservé aux médicaments d’ordonnance», mais également préoccupé par les abus de médicaments en vente libre.

Cependant, M. Tassone a déclaré que la Guilde ne voulait pas que les pharmaciens deviennent des «médecins flics» – plutôt, il devait y avoir une conversation en cours sur la minimisation des dommages et le soutien aux programmes de dépendance aux opioïdes.