Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Vieillir avec le VIH: les comorbidités augmentent plus vite que chez les autres

Vieillir avec le VIH: les comorbidités augmentent plus vite que chez les autres

Qu’est-ce qui a changé dans le VIH au fil du temps?

C’est une question d’un grand intérêt pour les chercheurs en ce moment puisque la durée de vie moyenne des personnes vivant avec le VIH dans les pays développés continue de s’améliorer. Une étude achevée en 2013 a révélé que, malgré l’existence d’un écart d’espérance de vie entre les personnes infectées par le VIH et celles qui ne le sont pas, l’écart s’est réduit. La durée de vie des personnes vivant avec le VIH est d’environ 8 à 13 ans plus courte que les autres. Mais encore une fois, l’écart se rétrécit.

Des chercheurs de tous les États-Unis ont collaboré pour mener une étude sur les comorbidités chez les Américains. Leur objectif était d’analyser les tendances et de déterminer quelles sont les comorbidités les plus courantes aujourd’hui. Publié dans le Journal of Infectious Diseases dans son numéro de Décembre 2017, les résultats ont indiqué que les comorbidités ont augmenté chez les personnes séropositives au fil du temps. Les chercheurs ont signalé que cette tendance doit influencer le choix du régime antiviral.

Cette étude a porté sur plus de 66 000 patients séropositifs couverts par des assureurs privés, Medicare ou Medicaid entre 2003 et 2013.

La comorbidité la plus fréquente était l’hypertension suivie d’une hyperlipidémie et d’une maladie endocrinienne. La prévalence des deux a augmenté considérablement entre 2003 et 2013.

De plus, quel que soit l’assureur, les patients infectés par le VIH étaient plus susceptibles d’avoir une thrombose veineuse profonde, une hépatite C, une insuffisance rénale, une maladie thyroïdienne ou une dysfonction hépatique que les témoins appariés.

Avec l’insuffisance rénale et les événements cardiovasculaires, l’ampleur de la différence entre les personnes vivant avec le VIH et les autres a été prononcée, en particulier dans la population de Medicare. De plus, les patients infectés par le VIH sont significativement plus susceptibles d’avoir le diabète.

Les chercheurs ont noté que la population VIH a tendance à être plus âgée que jamais. Ils rappellent aux praticiens de la santé qu’ils doivent être vigilants face aux complications cardiovasculaires, aux maladies rénales, à l’ostéoporose et aux fractures osseuses. Ils ont également indiqué que pour de nombreuses personnes vivant avec le VIH, les comorbidités limitent le choix du traitement antirétroviral.