Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> “ Droit de mourir &#x0201d ;

“ Droit de mourir &#x0201d ;

Éditeur — Mes nombreuses années d’expérience de soigner des personnes mourantes — J’ai été médecin dans un petit hospice dans les premiers jours du mouvement de l’hospice, et pendant 12 ans un gériatre consultant avec un intérêt particulier pour les soins palliatifs Je me suis dit que parfois il est mauvais d’encourager ou d’aider les gens à rester en vie jusqu’au dernier moment et qu’il y a des choses pires que la mort, je suis d’accord avec l’affirmation de Grayling que les gens ont le droit de décider. quand et comment ils ont Leur vie et leur corps leur appartiennent, pas au personnel médical ni même à leurs proches.Trop souvent, le personnel médical et infirmier a tendance à prendre le contrôle du corps des patients, comme s’il les possédait et savait ce qui était bon pour eux. Nous devons apprendre à être moins arrogants et moins contrôlants en tant que profession et permettre aux patients une plus grande autonomie. Cela se produit davantage dans les hôpitaux généraux, car les patients sont mieux informés, mais les hospices ont tendance à être trop propriétaires de leurs patients. Nous avons besoin de la plus grande sensibilité et de l’humilité lorsque nous traitons avec des personnes mourantes. C’est trop facile d’être condescendant et de supposer que nous savons ce qu’il y a de mieux. Nous ne sommes pas à leur place. Je suis également d’accord sur le fait qu’il n’y a vraiment aucune différence entre un traitement à la source, avec la mort comme conséquence, et un traitement qui entraîne la mort. Nous plaisantons si nous pensons qu’il y a. Je crois que nous devons saisir cette ortie, pour l’amour de nos patients, et offrir une mort compatissante et paisible à ceux pour qui la palliation ne soulage plus leur détresse. Nous échouons dans notre devoir envers eux.