Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> La drogue «tue les cellules cancéreuses clés»

La drogue «tue les cellules cancéreuses clés»

“Le cancer: la fin?” Est le titre dramatique dans le Daily Mirror, qui rapporte que “le cancer pourrait être effacé après que les scientifiques ont trouvé un médicament qui tue les cellules souches mortelles qui entraînent la croissance des tumeurs”. Le médicament, appelé salinomycine, a été trouvé pour ralentir la croissance des cancers du sein chez les souris et pour être plus efficace que le médicament de chimiothérapie paclitaxel pour empêcher les cellules souches de former de nouvelles tumeurs. Cependant, comme le dit le journal, il se peut que 10 ans se soient écoulés avant que ce médicament soit prêt à être utilisé chez l’homme.

Il est très important de rechercher de nouvelles façons d’identifier les médicaments susceptibles de traiter le cancer. Cette recherche a mis au point un moyen de dépister un grand nombre de produits chimiques et d’identifier ceux qui peuvent cibler sélectivement les cellules souches du cancer du sein. Cependant, il reste à voir si cette méthode peut être utilisée ou adaptée pour identifier les produits chimiques qui ciblent les cellules souches d’autres types de cancer. Bien que les résultats sur la salinomycine semblent prometteurs, le médicament devra subir d’autres tests de son innocuité et de son efficacité chez les animaux avant de pouvoir être testé chez l’homme. Même si ces différentes séries de tests devaient réussir, ce serait un long processus.

D’où vient l’histoire?

Piyush Gupta et ses collègues du Massachusetts Institute of Technology et d’autres centres de recherche aux États-Unis ont mené cette étude. La recherche a été financée par l’Initiative for Genetics Chemical et le National Cancer Institute aux États-Unis. L’étude a été publiée dans la revue scientifique à comité de lecture Cell.

Quel genre d’étude scientifique était-ce?

Il s’agissait de recherches en laboratoire et sur des animaux visant à identifier les substances chimiques susceptibles de tuer un type spécifique de cellules souches cancéreuses appelées cellules souches du cancer épithélial (CSC). On pense que ces cellules stimulent la croissance et la récurrence des tumeurs et qu’elles résistent à de nombreux traitements anticancéreux tels que la chimiothérapie et la radiothérapie. Dans le passé, ces cellules se sont avérées difficiles à étudier car elles sont peu nombreuses dans chaque tumeur et difficiles à cultiver en laboratoire.

Les chercheurs ont voulu développer une technique pour faire pousser des CSC en laboratoire, leur permettant de cribler un grand nombre de produits chimiques et d’identifier ceux qui cibleraient et tueraient les cellules souches. Ils ont pris des cellules de cancer du sein (appelées cellules HMLER) en croissance dans le laboratoire et ont essayé d’augmenter la proportion de cellules qui étaient CSC en arrêtant un gène appelé CDH1 de fonctionner.

Les chercheurs ont découvert que cette technique augmentait le nombre de cellules ayant les caractéristiques des CSC. Ces caractéristiques comprennent la capacité à former des amas de cellules semblables à des tumeurs lorsqu’elles sont cultivées dans une solution et une résistance accrue aux médicaments de chimiothérapie paclitaxel et doxorubicine. Ils ont découvert qu’ils pouvaient également utiliser leur méthode pour produire des CSC à partir de cellules mammaires non cancéreuses (appelées cellules HMLE).

Les chercheurs ont ensuite prélevé des échantillons de cellules mammaires non cancéreuses et les cellules souches cancéreuses se sont développées à partir de ces cellules et les ont exposées à environ 16 000 composés chimiques afin de dépister des substances chimiques plus efficaces que les cellules normales.

Un sous-ensemble de produits chimiques ciblant sélectivement les CSC a ensuite été testé sur des CSC produits à partir des cellules de cancer du sein HMLER et des cellules de cancer du sein HMLER elles-mêmes. Des produits chimiques qui ont également montré un ciblage sélectif des CSC dans cette expérience ont été étudiés en utilisant d’autres tests de laboratoire et finalement en utilisant des tests sur des souris qui avaient été injectées avec des cellules de cancer du sein.

Quels ont été les résultats de l’étude?

Parmi les milliers de produits chimiques qui ont été testés, les chercheurs ont identifié 32 produits chimiques qui étaient plus efficaces pour tuer les CSC des seins que pour tuer les cellules mammaires non cancéreuses dans les tests de laboratoire. Cela comprenait trois médicaments de chimiothérapie. Huit de ces produits ont fait l’objet de tests supplémentaires. Un seul des produits chimiques, la salinomycine, était aussi plus efficace pour tuer les CSC dérivés des cellules cancéreuses du sein que les cellules cancéreuses du sein originales (principalement non-CSC).

La salinomycine était plus efficace pour tuer les CSC mammaires que le paclitaxel, un médicament chimiothérapeutique, et la salinomycine était également capable de tuer les CSC résistants au traitement par paclitaxel. Les chercheurs ont ensuite traité des cellules cancéreuses du sein avec de la salinomycine en laboratoire, puis les ont injectées à des souris: le prétraitement à la salinomycine a réduit le nombre de souris ayant développé des tumeurs par rapport aux souris traitées au paclitaxel. L’injection de salinomycine chez des souris ayant des tumeurs mammaires a ralenti la croissance de ces tumeurs.

Quelles interprétations les chercheurs ont-ils tirées de ces résultats?

Les chercheurs concluent qu’ils ont montré qu’il est possible d’identifier les produits chimiques qui tuent spécifiquement les CSC.

Que fait le NHS Knowledge Service de cette étude?

Bien que la recherche sur les médicaments individuels pour lutter contre le cancer soit importante, il ne faut pas sous-estimer l’importance de nouveaux moyens d’identifier ces médicaments. L’une des principales implications de cette recherche est le développement d’une technique permettant de cribler les produits chimiques en masse et d’identifier ceux qui détruisent les cellules souches du cancer du sein. Si cette méthode peut être utilisée ou adaptée pour identifier les produits chimiques qui ciblent les CSC d’autres types de cancer reste à voir.

Bien que les résultats de la salinomycine semblent prometteurs, elle n’a été testée que sur des cellules cultivées en laboratoire et des expériences initiales sur des souris. Elle devra ensuite être testée plus avant sur son efficacité et sa sécurité chez les animaux avant que les chercheurs et assez sûr pour les tests humains.