Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Le débat sur le SIDA échoue à atteindre le sommet du développement

Le débat sur le SIDA échoue à atteindre le sommet du développement

Seuls les désespérément optimistes auraient imaginé que le sommet mondial sur le développement durable, qui vient de se terminer à Johannesburg, aurait Parmi les problèmes qui continuaient de se poser pour trouver une place plus importante à l’ordre du jour figurait le VIH / SIDA, mais selon le Dr Peter Piot, chef de l’ONU Au cours du sommet, il avait répondu à des questions, lors d’un petit-déjeuner d’information, visant à déterminer s’il y avait un complot en l’absence de SIDA comme problème majeur et si d’autres facteurs pourraient être blâmés. La pandémie est largement reconnue comme le seul facteur susceptible d’entraver ou même de stopper toute forme de développement, sans parler du développement durable. M. Piot fait remarquer que, laissée à elle-même, la pandémie va tuer tous ceux qui ont parlé de développement. L’ONUSIDA, cependant, semble trouver frustrant de continuer à faire avancer la question de manière adéquate. Il était à peine à l’ordre du jour du sommet et a effectivement été un sideshow.Il est devenu clair, cependant, que les militants ne sont pas seuls dans leur impatience à l’action pour endiguer la pandémie apnée du sommeil. Les entreprises, dont beaucoup sont représentées à la conférence sur les satellites d’affaires du sommet mondial, ont décidé qu’elles ne pouvaient pas attendre que les gouvernements (notamment le gouvernement sud-africain) traitent leurs travailleurs. Beaucoup fournissent un traitement médicamenteux à leur personnel ou ont annoncé leur intention de le faire.Un gain important, cependant, pour ceux qui sont concernés par la propagation des maladies infectieuses dans le monde en développement était l’accord sur les délais pour la fourniture de l’assainissement pour les 4,2 milliards de personnes qui en sont dépourvus. Au moins la moitié devrait avoir l’assainissement d’ici 2015 si l’accord est honoré. Des partenariats ont été lancés pour traiter de l’eau potable et il existe un engagement à éliminer progressivement l’utilisation de produits chimiques nocifs pour les populations des pays en développement. À cette fin, le Dr Gro Harlem Brundtland, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, a initié un mouvement pour améliorer la santé des enfants, en particulier ceux qui sont vulnérables aux risques environnementaux.