Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Rapport spécial n’ajoute rien de nouveau, disent les auteurs de papier

Rapport spécial n’ajoute rien de nouveau, disent les auteurs de papier

Nous avons été déçus que l’article de Gornall1 ait été publié sans réponse de notre part. Il n’a rien ajouté de nouveau.2

3 Notre article passe en revue les 57 premiers décès du programme CONI (Care Of Next Infant). Nous réaffirmons que neuf décès étaient inévitables (cause reconnue), et sur les 48 décès inattendus, sept étaient des homicides probables.

Le professeur Emery a dirigé le groupe de pilotage du CONI jusqu’à sa mort (2000). Nous n’avons pas changé matériellement la cause du décès pour tout cas qu’il connaissait.

Il existe des différences entre un rapport antérieur4 et un article complet ultérieur.2 Dans le Lancet, nous avons signalé mais exclu de l’analyse les décès survenus au cours d’une année et clarifié “ non naturel ” des morts. Quatre nourrissons qui sont morts au lit avec leurs parents ont été initialement classés comme “ non naturels ” car ils étaient peut-être accidentels et évitables. Par la suite, ils ont été classés dans la catégorie des petits États insulaires en développement conformément à l’étude CESDI SUDI.5 The “ non-natural ” groupe initialement inclus également les cas enregistrés comme verdict ouvert; leur reclassement est détaillé. Ces révisions représentent la différence entre 14/44 “ non naturel ” dans notre rapport précédent et 7/57 homicide infantile probable dans le Lancet. Aucun cas précédemment attribué à un ICN ou à un filicide suspecté ou avéré n’a été reclassé.

L’affirmation que “ aucune explication pour la décision de catégoriser comme naturelles tous les 13 décès pour lesquels il n’y avait pas suffisamment de preuves pour parvenir à une conclusion ” est une fausse représentation de notre texte. Cela indique “ Huit de ces décès ont été certifiés comme SIDS. Aucun n’a été attribué à un homicide ou à une blessure non accidentelle. ” L’affirmation que, dans cinq de ces cas, une enquête policière était en cours ” n’est pas correcte. Toutes les enquêtes étaient terminées avant que le document ne soit soumis pour publication.

Pour que les facteurs de risque puissent même suggérer un homicide, leur prévalence doit être connue dans tous les groupes pertinents.