Responsabile: Stefano Amici Tel.: 071740324 - 3331140521
Via Malviano, 6
Monte San Vito - Cod. Fisc. e P. IVA 01570990422
Scrivici a: ladamigiana_1@libero.it


Home >> Problèmes d’accès entravant les programmes de vaccination actuels

Problèmes d’accès entravant les programmes de vaccination actuels

L’accès est le facteur le plus important empêchant les gens de vacciner leurs enfants, affirme un universitaire.

Beaucoup de pharmaciens ont affirmé que l’un des principaux avantages de permettre aux pharmaciens de vacciner est d’améliorer l’accès aux services de vaccination. Maintenant, Hal Willaby, chercheur en santé publique à l’Université de Sydney, soutient que de telles améliorations feraient en effet augmenter les taux de vaccination.

Écrivant sur le site Web académique, The Conversation, M colique du nourrisson. Willaby a déclaré que “environ la moitié de la sous-immunisation en Australie est due au manque d’accès”.

Alors que l’Australie avait des taux de vaccination assez élevés, dans certaines régions, seulement 80% des enfants de cinq ans étaient protégés contre les maladies contagieuses évitables.

“L’accès est en partie un problème structurel lié à des obstacles tels que le manque de moyens de transport, les horaires d’ouverture limités des dispensaires, le domicile restreint et, au-delà, la pauvreté et l’exclusion sociale. De manière générale, nous pouvons résoudre les problèmes en minimisant ces obstacles. “

“Mais parce que les problèmes d’accès découlent de déterminants sociaux de la santé tels que l’emplacement, le niveau d’éducation, le revenu et les opportunités, ils sont nécessairement des problèmes” collants “. Ils ne peuvent pas être changés rapidement ou facilement, mais une fois qu’ils sont, le changement peut être maintenu. “

L’autre facteur influant sur l’acceptation était l’acceptation, a déclaré M. Willaby, arguant que bien que ce facteur soit le plus médiatisé, il n’était pas aussi important que l’accès.

«Les refuseurs de vaccins représentent une très faible proportion en Australie – environ 2% des parents», a-t-il déclaré.